Le Carouge à Épaulettes

15/06/2014 13:35
Notre Oiseau de la semaine est un volatile bien décoré. Il s'agit du Carouge à Épaulettes. Présent dans bien des environnements différents, il est aussi facilement observable au bord des champs cultivés que dans les milieux humides comme les marais comme au bord des autoroutes.
 
Notre vedette est un oiseau dont le dimorphisme sexuel est très marqué. En effet, mâles et femelles peuvent être difficilement confondus. Le mâle est complètement noir à l'exception de ses magnifiques épaulettes rouges bordées de jaunes qu'il arbore fièrement pour impressionner les femelles. Lorsqu'il est juvénile, le mâle carouge n'a que du jaune aux épaules.
 
La gente féminine chez le carouge est fortement rayée avec un sourcil jaunâtre et la gorge de la même couleur. Le bec du Carouge à Épaulettes est fort et pointu, ce qui lui permet un régime alimentaire varié constitué d'insectes, de fruits et de graines diverses. Les vocalises de notre oiseau vedette sont aussi variées que retentissantes. Il mélange les sifflements stridents, les bruits de «machine à boules» de même que son chant caractéristique «Kon Klariiiiiiii».
 
Téléchargez le lien suivant pour entendre le répertoire du Carouge à Épaulettes:
 
Carouge à Épaulettes.mp3 (365800)
 
Le carouge à Épaulettes est un migrateur qui passe une grande période de son temps dans nos régions, les mâles arrivant dès le début Mars, même parfois avant, pour établir leur territoire. On assiste alors à une cacophonie de chants tous plus forts et insistant les uns que les autres, servant à démontrer au mâle voisin lequel est le dominant du groupe. Les femelles suivent une semaine ou deux après et ainsi commencent les rituels qui mèneront à l'accouplement et à la nidification des carouges. Les deux parents se mettent alors à la construction du nid qui sera bien dissimulé dans la végétation comme les quenouilles ou les arbustes.
 
À l'automne, les jeunes ayant été élevés et prêts pour leur premier voyage, les carouges se rassemblent en grands groupes, souvent en compagnie des quiscales bronzés et retournent au sud pour l'hiver.
Leur quartiers hivernaux sont basés sur l'entièreté du territoire des États Unis. Le carouge ne voyage donc pas beaucoup, juste assez pour échapper aux rigueurs de l'hiver Québécois
 
Cliquez sur le lien suivant pour atteindre l'article sur le Carouge à Épaulettes sur le site web de «Ailes, Arbres et Montagnes» :

 

Le Carouge à Épaulette " Ailes, Arbres et Montagnes"